Aller au contenu principal
Body

POLEMIQUE

Soufiane Djilali au secours du régime

L'honneur de Soufiane Djilali, président de Jil Jadid s'est trouvé chatouillé par la résolution du Parlement européen qui appelle à des mesures contre les violations des droits humains en Algérie.

Soufiane Djilali en bon soldat patriote s'est fendu d'une déclaration pour le moins à la hauteur de ses calculs pour rester en lice dans cette course perpétuelle aux grâces du régime et de ses attributs.

En attendant que le ban et l'arrière-ban du régime se réveille de son confinement du week-end, Soufiane Djilali est le premier homme politique à dénoncer la résolution du parlement européen. Epatant !

On lui connaissait plus de clairvoyance et de courage politique lors du 5e crépusculaire mandat de Bouteflika. L'impétrant a bien changé ! Depuis quelques mois, il a comme viré de bord, sans qu'on sache pourquoi ni comment.

Pour M. Djilali, "la résolution du parlement européen est un affront à l'honneur des Algériens et une tentative de mise sous protectorat de l'Algérie. Aux patriotes de protéger notre souveraineté". De quel honneur parle M. Djilali ? De celui des Algériens embastillés, emprisonnés, interdits de parole ou de ceux qui tiennent en otage tout un pays ?

Il y a quelques jours, le même homme politique nous assurait que les chiffres du référendum étaient vraies. Comment le sait-il puisqu'il reconnaît dans le même entretien que le régime avait pour habitude de traficoter les résultats. Conclusion : le régime a changé puisque les résultats expriment la faible participation à ce référendum ! Mais rien ne nous dit que la participation a véritablement atteint le chiffre canonique des 24 % de participation annoncé. 

Mieux encore, il y a quelques mois, le courageux Soufiane Djilali nous avait annoncé la libération de détenus après sa rencontre avec M. Tebboune. Résultat : on a vu le nombre de détenus d'opinion doubler et la crise politico-économique devenir plus cruciale.

Soutenir la fuite en avant qui a court actuellement, M. Djilali, c'est aller à contre-sens de la marche des millions de manifestants sortis depuis le 22 février 2019. 

Tout le reste est calculs politiciens..

 

Auteur
Sofiane Ayache