Aller au contenu principal
Body

CONTROVERSE

Suite à ses déclarations sur la Kabylie, une plainte déposée contre Bengrina

Abdelkader Bengrina s'est illustré ces derniers temps par des déclarations particulièrement ignobles contre la Kabylie et les Kabyles. Deux avocats ont déposé plainte contre lui.

Me Tarek Mektoub et Me Abdelkader Chohra ont déposé, mercredi 09 juin, une plainte près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger contre Abdelkader Bengrina, président du parti El Bina.

Le mépris de Bengrina pour toute une région d'Algérie n'a pas sans pareil manifestement. Sans doute rassuré par ses appuis haut placés, Bengrina a osé qualifier la Kabylie de "dechra". Moqueur il a par ailleurs réduit tamazight, pourtant langue nationale et officielle, à une "chose". 

Loin d'être un rigolo, comme il affecte de le paraître, Abdelkader Bengrina a glissé lors du Forum d'«El Wassat » que "le jour où une chose (Tamazight) parmi les revendications de cette région (le Kabylie) a été introduite dans la constitution comme langue nationale, une personne (Ahmed Ouyahia) de ceux qui se trouvent actuellement en prison a eu une discussion avec moi durant laquelle je lui ai dit : ‘vous êtes en train de négocier entre vous'".

Bengrina fait dans le mélange des genres en associant la Kabylie à un ancien ministre honni et en détention. La déclaration est non sans arrière-pensées viles. Balayant les sacrifices de la wilaya III historique, Bengrina a déclaré que "le lancement de la Guerre de libération nationale a été retardé à cause de la Kabylie". L'accusant au passage de messalisme. 

Selon les deux avocats qui ont déposé plainte, les déclarations de Bengrina sont punis par la "loi n° 20-​05 de 28 avril 2020 relative à le prévention et à le lutte contre la discrimination et de discours de le haine".

Auteur
L. M.