Aller au contenu principal
Body

FOOT

Supercoupe d’Algérie (2018/2019): Pourquoi cette finale n'est toujours pas programmée ?

Prévue initialement à l’occasion du coup d’envoi officiel de la nouvelle saison sportive footballistique pour son édition 2019/2020, la supercoupe d’Algérie, opposant le champion en titre, l’USM Alger, face au vainqueur de Dame Coupe le CR Belouizdad, n’est malheureusement toujours pas programmée.

Il aurait pu imaginer un tel scénario, le plus grand pays en Afrique serait a priori, incapable de programmer un match de football, au même moment où, les élus de ses instances sportives, tentent désespérément de convaincre l’opinion publique sur leur capacité d’accueillir une coupe d’Afrique des nations voir même deux coupes du monde.

Additivement à la saison écoulée 2018/2019, durant laquelle, la Fédération algérienne de football, a dû recourir à de multiples reports avant de pouvoir enfin programmer le Match final de la coupe d’Algérie, qui avait opposé à cette époque, le CR Belouizdad a son homologue la JSM Bejaia, et qui s'est soldé par la victoire des Algérois, mais une année après, nous revoilà devant un engrenage parfaitement identique.

En effet, au seuil de la phase retour du championnat professionnel de la ligue.1, qui coïncide avec les épreuves des huitièmes de finale de la nouvelle édition de Dame coupe, la finale de la précédente supercoupe prévue initialement en tout début de la saison, n’est toujours pas programmée.

En revanche ce énième dysfonctionnement, ne semble guère inquiéter les héros de cette faillite, car lors de sa dernière apparition médiatique, le président de la LFP, qui n’est autre qu'un ancien député du FLN et l’un des principaux partisans au 5e mandat, en l’occurrence, Abdelkrim Medouar, s’est permis de mettre en valeur le championnat de notre soi-disant football professionnel en confirmant sans scrupule qu’il est beaucoup mieux organisé et nettement plus supérieur que celui des pays voisins et notamment a celui d’Égypte. Incroyable ! Faut-il seulement rappelé a cet étrange pessimiste, qu’au cours de la saison actuelle, l’ensemble de nos clubs ayant participé aux échéances continentales se sont fait tous massacrés par leurs homologues tunisiens et marocains, et ce, sans allusions aux infrastructures exploitées qui remontent aux années du colonialisme, a l’image du stade Omar Hamadi et le 20 Août 55 à Belouizdad.

 

Auteur
A.N.
 

Ajouter un commentaire