Aller au contenu principal
Body

Grand Angle

Tamazight… ou les indigènes de la République ?

Après la reconnaissance de Yennayer comme fête nationale, L’État algérien vient d’engager, et affirme même accélérer, le processus de création de l’Académie algérienne de la langue tamazight et l’élaboration de la loi organique portant sur le développement et la généralisation de la langue tamazight en vue de son institutionnalisation effective (enseignement, intégration dans l’administration de l’État, les relations entre l’État et les citoyens, et l’environnement-toponymie-signalisation), après sa constitutionnalisation en 2016.

Cette évolution importante de l’État algérien mérite d’être saluée, après des décennies de déni de l’histoire de l’Afrique du Nord, de négation de notre algérianité et de répression.

Aussi, la constance des citoyens militant dans un mouvement culturel amazigh non violent depuis près de 40 ans est aussi à saluer avec force, alors que tout l’environnement répressif poussait vers cette violence que les islamistes, eux ont adopté, fait subir et font encore subir à notre pays.

Sommes-nous donc arrivés à une étape de rupture avec le passé post-1962 qui supposait, à tort, que notre pays était composé de citoyens élus de l’arabo-islamisme et d’une part tolérée de sous-citoyens… d’indigènes de la République ?

La reconnaissance récente de notre amazighité nationale et l’engagement de l’État de renouer avec notre véritable histoire et société, ne doivent pas éluder les menaces des tenants du statu-quo et de la régression. Ainsi, dans l’hypothèse que nous ne serions pas dans un énième « Plan de Constantine » (1), élaboré pour une nouvelle roublardise,  l’État algérien a le devoir d’aller de l’avant et vite. Pour cela :

1. La constitution de 2016 (2) doit être amendée au plutôt, afin

a) de corriger l’une des anomalies importantes de cette négation historique et d’affirmer explicitement : l’Algérie est un pays amazigh, méditerranéen et africain.

Ce qui ne nous empêchera pas d’intégrer tout ensemble économique, politique ou culturel dans lequel nous serons solidaires avec les autres et où nous défendrons nos intérêts.

b) Mettre les deux langues officielles (tamazight et arabe) sur le même pied d’égalité et en finir avec les subtilités de langage qui ne font que conforter la suspicion et maintenir l’inégalité qui perpétuera le sentiment d’exclusion, et de fait l’exclusion jusqu’à la prochaine révolte.

2. Redoubler de vigilance envers les islamistes.  A travers les quelques déclarations dans les médias hostiles à l’amazighité  : contre la célébration de yennayer, l’enseignement de tamazight qui devrait être fait en caractères arabes et… en arabe, l’administration de l’État qui doit rester exclusivement en arabe, etc... les islamistes s’accrochent, par tactique, au schéma éculé de la supposée opposition kabyle/arabe.

Pour eux, l’amazighité c’est exclusivement la Kabylie, afin, bien évidemment de casser le mouvement de renouveau national. L’objectif de leur démarche est visible à l'oeil nu, c’est la division : mobiliser les arabophones contre… les kabylophones.

Par la célébration de yennayer dans la communion à travers tout le territoire national, la société algérienne vient de leur opposer un refus net de contribuer à leur démarche de division.

La vigilance est plus que jamais nécessaire afin de contrer les puissants mouvements et capitaux oummistes et panarabistes. Le danger est réel. Pour mémoire, l’Algérie a failli sombrer en 1958, lors du putsch des généraux français (3),  dans une autre tragédie qui aurait pu anéantir tous les efforts du mouvement national vers l’indépendance politique acquise en 1962.

La fin du déni historique, par l’institutionnalisation prochaine de la langue tamazight dans le fonctionnement de l’État et les évolutions à venir, constituera le puissant ciment qui manquait pour sceller tous les délabrements subis par la maison Algérie depuis des décennies.

Comme les symboles ont toujours une part d’utilité, après Yennayer, il s’agit d’avancer vite dans le processus d’institutionnalisation, et dès à présent de commencer par « corriger les noms » comme le dit si bien le philosophe chinois (4).

A.U. L.

Notes :

(1) Plan de Constantine : Le Plan de développement économique et social en Algérie ou Plan de Constantine (1959-1963) est un programme économique élaboré par le gouvernement français en 1958 au plus fort de la guerre d'Algérie après l'arrivée au pouvoir du général De Gaulle, qui annonce publiquement son lancement dans un discours devant la préfecture de Constantine le 3 octobre 1958. Visant à la valorisation de l'ensemble des ressources de l'Algérie, ce plan était aussi destiné à l'affaiblissement politique du FLN. (wikipédia).

(2) « L'Algérie, terre d'Islam, partie intégrante du Grand Maghreb, pays arabe, méditerranéen et africain... » (Constitution algérienne, 2016).

(3) Le putsch d'Alger ou coup d'État du 13 mai 1958 est le coup d'État mené à Alger, conjointement par l'avocat et officier parachutiste de réserve Pierre Lagaillarde, les généraux Raoul Salan, Edmond Jouhaud, Jean Gracieux, l'amiral Auboyneau avec l'appui de la 10e division parachutiste du général Massu et la complicité active des alliés de Jacques Soustelle. L’objectif était de créer une république française d’Algérie (une république Pied-Noir), distincte de la république française, dans le même schéma que l’Afrique du sud. L’apartheid, pratiqué de fait en Algérie, aurait été institutionnalisé par l’État Pied-Noir.

(4) Quand on demanda au grand philosophe Chinois Confucius ce qu’il ferait en premier lieu s’il était porté au pouvoir suprême, celui-ci répondit : « Je rectifierais les noms ». (Confucius 551 – 479 avant J.-C.).

Il est le personnage historique qui a le plus marqué la civilisation chinoise, et est considéré comme le premier « éducateur » de la Chine.

Auteur
Aumer U Lamara, physicien, écrivain de langue tamazight
 

Commentaires

Permalien

Poser les vrais problémes est le meilleurs moyen de pouvoir les resoudre. La question à se demander est: depuis quand serions nous arabes?! Peut on faire des valeurs d'une nation les mensonge fruits d'un acte violent illégitime, comme l'est cette algerie arabe imposée par les faiseurs de coup d'Etat contre l'unique legitimité politique: le Gpra?!
Pour pouvoir se poser les questions fondamentales il faut au préalable avoir un substrat solide, or, le régime avait besoin d'une masse- la oumma- qui depende de son verbe. C'est ainsi qu'on est passé du socialisme massificateur à l'islamisme d'Etat. En temps d'internet le linge meme lavé dans la buanderie est visible à l'extérieur, le petrole qui permettait d'eteindre les projecteurs sur la maison algerie ne suffit plus, voilà donc cette recherche éffrennée de joindre le mensonge comme moyen de contrale avec une petite reconnaissance de Thamazight. mais le tout doit obeir à l'impératif qui consiste en une Algerie arabe islamique, avec un passé reconnu berbére. Un melange qui accomode l'approche du statu quo. La constitutionette écrite dans un cinema fait de l'Algerie un pays beaucoup plus proche du Caire que de la Kabylie.

Permalien

La societe algerienne est en trein de se Kabouliser a grand feux :
1-Les femmes sont de plus en plus tchadorisees ( ne parlons pas de la puanteur de la sueurdegagees par ces femmes pendant les etes chauds car elles prennent une douche toutes les semaines) )
2-La construction des mosquees bat son plein ( a la place d'hopitaux, ecoles et centres culturels ...)
3-Le parler des gens s'est oriente vers la mediocrite des idees tartuffees de cannotations religieuses; en particulier, Les emissions sur les les stations de tele publique et satelitaire arabes ou le presentateur passe son temps a repeter "in Challah" frisent le ridicule et le defaitisme total
.....
J'ai peur pour ce qui reste de mon Algerie. Si il n y as pas de sursaut dans les deux annees a suivre, on s'achemine vers une ALgerie a l'Afghanistanne car la violence vas suivre bientot.

Permalien

Mon cher ami vous avez gagné une partie c'est d'avoir relever de ses cendres l'amazighité de tous les amazigh algériens mais pas la guerre car hélas la kabilyté ne sera jamais reconnue par le seul fait que tous les écritures de vos écrivains, poetes etc ont été rédigé en français d'où vous n'avez jamais eu d'alphabet propre à votre langue maternelle et c'est donc le Tifna des touareg qui va gagner la meilleure partie qu'est la guerre. Vous allez disparaitre vous et votre langue de charabia et les algérioens vont connaitre enfin leur vrai langue et langage et les arabes sont bien plus prés des touareg par l'Islam que les kabyles qui p^réfère lirer, écrire et parler français. Vous vous etes fait piégés et vous payerez chere votre faute en voulant bien faire vous vous etes suicidé et votre aggonie n'est pas aussi loin que juqtez après la mise en service de cette académie qui remplacera la votre construite pour vos desseins par la mère patrie non loin du pays de vos encetres les vandales. Hourrah nous sommes en égalité 1 à 1.et n'y aura aiunsi ni vainqueur ni vaincu.

Permalien

"Pour eux, l’amazighité c’est exclusivement la Kabylie, afin, bien évidemment de casser le mouvement de renouveau national. L’objectif de leur démarche est visible à l’œil nu, c’est la division : mobiliser les arabophones contre… les kabylophones."
Oui camarade Ulamra ,l'amazighité qui cache en réalité le kabylité est exclusivement kabyle depuis...toujours.Nous n'avons jamais vu de marches en faveur de l'amazighité en dehors de la Kabylie et quelques îlots chawis.L'Algérie est pro-palestinienne et anti-kabyle,anti-amazigh et personne ne peut le nier à l'exception des berbéristes kabyles endurcis et inconscients.Entre un peuple viscéralement attaché à son identité et à sa langue maternelle et un peuple qui a honte de sa langue maternelle (arabe algérien) ,il y un gouffre,un océan ! La distinction arabe/kabyle est une réalité sociologique incontestable dans la vie de tous le jours.C'est le nationalisme algérien (hérité du jacobinisme
français) qui a voulu gommer et effacer la réalité;en vain.Le mythe d'un seul peuple en Algérie a vécu.Comme le mythe d'une Kabylie algérienne.L'Algérie est un pays arabe ou arabisé et la Kabylie ni algérienne;ni arabe,ni française, elle est amazigh pour l'éternité.Je trouve absurde,irraisonnable et incongru de demander la généralisation de tamazight aux algériens alors qu'elle est facultative en terre amazigh. La Kabylie aux kabyles et l'Algérie aux algériens,chacun pour soi et dieu pour tous

Permalien

Sans surenchere aucune, il faut de temps a autre interpreter les faits tels qu'ils sont, car ceux-la sont tetus. On pourrait se faire des raisons, s'il s'agissait d'un auteur non-instruit - mais ce n'est pas le cas. Vous savez parfaitement ce que vous ecrivez et ce que vous foutez sous le paillasson - le voici.

La raison pourquoi il faille reconstruire plusieurs sous-Amazighs, avant de les unifier est que ces Amazighs, se sont trop eloigne's les uns des autres, au file-du-temps. Les questions pertinantes a se poser sont:
1 - Combien loin?
2 - Se sont-elles toutes develope'es en parallele, de sorte a considerer leurs differentes productions comme object de cette soit disant "harmonisation ou standardization ?

Les reponses sont connues de tous:

1- Elles se sont trop eloigne'es, au point ou 2 locuteurs doivent passer par une tierse langue pour se comprendre.
2- Cruciale: Seuls les Kabyles ont maintenu l'usage de leur Amazigh, sans importance qu'il l'ai develope' ou pas. De 2 choses l'une:
(a) Si ce que les Kabyles ont retnu etait l'original, alors il y a lieu de conclure que les autres ont perdu ou abandonne' leur Amazigh, et la seule source de reconstruction est du seul Amazigh Kabyle qui en a sauveguarde'. Par consequent, toute reference aux autres Amazighs est futile et contre-productive.
(b) Si ce qu'offre le Kabyle est un developement a partir d'un Amazigh original commun, alors ,la aussi le Kabyle est l'Amazigh le plus original et authentique mais surtout viable. Comme si, seuls les Kabyles ont su develope' l'original au point qu'il survive et ressurgisse des tenebres, et resister a toutes les invasions. La conclusion naturelle evidente est que tous les Amazighs, les Kabyles sont les plus aptes a bien developer la langue- ce que les productions demontrent, mais mieux encore, ceux qui en voient la valeur et y tiennent. Pourquoi alors, saboter ce travail.

A l'evidence, standardiser Tamazight revient, si le but n'est pas de l'etouffer, a lui assoir la standardisation moderne Kabyle.

Par consequent, cette histoire de retarder l'echeance jusqu'a ce que les derniers du pleton arrive et d'eux-meme, est une supercherie - celle de retarder ou tirer en arriere Taqvaylit. Ce qui est inacceptable et a combattre - ce que nous fasons depuis plus d'un demi-siecle maintenant.

Mais si l'intention est d'appliquer l'avance de Taqvaylit en attendant que les autres arrivent, la il est necessaire de voir un psy ou daechiste, pour s'occuper de la tete qui pense une telle absurderie.

En ce qui me concerne, et je ne suis pas linguiste du tout mais Mathematicien de formation, cette operation est inutile et nocive meme. La encore, il faut aligner la verite' a la realite': Les Algeriens n'ont aucune attache ou self-identification dans pas seulement le parler Amazigh, mais la culture qu'il vehicule, qui lui est propre et helas de vous decevoir incomptible avec la culture Arabe.

S'il y a un rapprochement possible, c'est avec nos voisins immediats, qui ont d'ailleurs absorbe' et preserve' la plus grande part. c.a.d. Les portugais, Espagnole, Catalans, Basques et Italiens. L'essence de la production Kabyle, c.a.d. son developement depuis toujours jusqu'a 1871 est en ligne avec leurs productions, et depuis avec le Francais. La preuve est la, ce raisonnement est impossible pour un Algerien, c.a.d. un Arabophone monolingue.

Par consequent, vu le haut respect que la hchuma algerienne a envers ses sujets, le mieux est de laisser l'arabe des Algeriens se developer, avec tous les moyens que leur Uma Arabia Islamia leur apporte et les Kabyles avec la partie Aurassienne du pays Chaoui, suivre leur train-train de developement. Pour cela faire, un Etat pour proteger et promouvoir le Amazigh est une necessite'. Et mieux encore, l'independance de l'Algerie du pays Kabyle et inversement, une independance totale est preferable. La reponse a cette preference revient aux concerne's biensur.

Pour ceux des Algeriens desireux de prendre avantage de la production Kabyle, mais pris dans une geographie au milieu des Arabophones, la libre circulation est la reponse. Meme les salafistes sont les bienvenus -leur securite' et liberte' de precher sera guarantie par les services de securite' Kabyles - Ils s'enttendront a merveille. On fera ensemble que seuls les specialistes dans les methodes salafistes porteront l'uniforme.
Meme le nain, je me porte volontaire a pousser sa charette jusqu'au plus sommet du Djurdjura et le laisser libre de skier gratos !

Le rigolo est que ce regime risque de ce mener la chasse qu'il reservait autrefois aux Kabyles, cette foi, aux Arabophones, pour les forcer a etudier ce qu'il nous a toujours empeche' d'etudier: Taqvaylit.

Si le probleme linguistique et identitaire est regle' avec un coup de crayon, il est temps d'entamer le vrai probleme, celui de la Liberte', de je ne sais quoi, ou tout simplement l'independance de cette mafia et son systeme poison !

Permalien

Si l’Algérie est un pays Amazigh, méditerranéen et Africain? Pourquoi vous chercher à mettre l’arabe et tamazight sur le même pied d’égalité? que vient faire la langue arabe ici du moment qu’elle n’est pas dans ces frontières géographie? Sinon si vous admettez que la langue arabe est aussi une langue algérienne, pourquoi ne pas mettre aussi la langue française au même pied d’égalité que ces deux dernières alors? Pourtant le français est la langue d’usage et de travail de presque tous les algériens. N’y a-t-il pas là un paradoxe entre vouloir adopter une langue étrangère (l’arabe) par l’Algérie et vouloir en même temps chasser une autre le (français) qui est pourtant omniprésente dans le quotidien des algériens?
Moi je pense que: Si l’Algérie reconnaît l’amazighité de son territoire et « l’oficialité » de ça langue Amazigh, elle doit donner à la langue arabe si elle veut la garder « le statut de langue étrangère » sinon il y aura toujours une bourde dans la constitution algérienne.
Pour revenir à votre écrit; certes thamazight n’est pas propre uniquement aux Kabyles mais le combat pour le triomphe de celle-ci est exclusivement Kabylie et les Kabyles sont différents des autres peuples de l’Afrique du Nord. C’est pour ça d’ailleurs qu’ils demandent leur indépendance à laquelle j’adhère entièrement.
Merci.

Permalien

maintenant , elle est devenu langue kabyle , elle était amazigh , parce que vos plans elles sont raciste et elles sont matérialistes (privilèges et postes) , et c'est pourquoi les chaouis les mizebs et chelah n'ont pas marché avec vous , ils ne vous croit pas , le passé le prouve , votre cause vaut 300 poste et une journée de repos , , le peuple vous suivent pas , parce que il sait que vous changez dés que vous aurez un poste de ministère, et l'exemple sont beaucoup (ben ali , khalida , etc...) , vous parlez seulement de la langue amazigh seulement quand vous faites référence à l'histoire des amazighs parce que les kabyles, ils n'ont pas d'histoire, tous l'histoire s'est déroulé à l'Est au bled des Chaouis et au touaregue.
احفاد ماسينيسا و ديهيا الخنشلية و يوغرطة الشاوي و تاكفريناس ابن مدينة عنابة و طارق بن الزياد الخنشلي و عبد الحميد بن باديس الكتامي الدين حاربو من اجل هده الارض ضد الرومان و الوندال و الفنيقيين و البزنطيين بدون مساعدة من اخوانهم الامازيغ الاخرين الدين كان خيارهم اللجوء الي الجبال لدلك
parlez nous un peu de votre histoire ?

Permalien

Je ne crois pas à une coexistence des kabyles avec un Etat arabo-islamique,archaïque et de non droit. Nous n'avons ni les mêmes valeurs ni les mêmes aspirations que les algériens globalement acquis à l'arabisation et à l'idéologie mortifère arabo-islamique qui est "le tombeau de la démocratie".La stratégie d'effacement/accouplement avec l'Algérie a échoué lamentablement avec comme point d'orge le printemps sanglant de 2001,où les kabyles se sont retrouvés seuls face aux forces de répression algériennes. et devant le silence et l'indifférence totale des algériens plus prompts à vibrer pour les lointains palestiniens.Non ! La séparation à l'amiable s'impose d'elle-même,deux projets de sociétés opposés et deux peuples.Le fossé entre les kabyles est profond,il est ethnique,linguistique,culturel,idéologique et civilisationnel.Les mariages forcés sont indéfendables et les unions forcées entre peuples différents, sont des crimes contre l'humanité.

Permalien

Quelques extraits d'un article trouvé sur le net et signé Firmus
"Les illusions des berbéristes Kabyles."
"Nous savions vers quel horizon avance l’Algérie que nous venons de libérer.
Nous savons plus que jamais, car maintenant plus que hier, beaucoup de politiciens, d’intellectuels, de religieux, de journalistes et autres simples citoyens-es algériens-nes assument ostensiblement et fièrement leur matrice idéologique qui est l’arabo-islamité. C’est la seule idéologie et langue qu’ils souhaitent au sommet de l’État algérien. Seul langue et idéologie dans l’école, les médias, les avenues des villes et les rues des villages de l’Algérie... Mais nous ne pouvons les accuser de malhonnêteté intellectuelle, car ils exposent ouvertement leur préférence et œuvrent sans détour pour leur application.
Ils sont les porte-voix des Algériens qui se pensent Arabes. Se vivent Arabes, tel est leur droit, personne ne peut le leur contesté. Ils répercutent la haine d’une frange importante d’une population biberonnée au racisme de l’autre différent, surtout maziɣ. Ils sont les représentants d’un esprit dopé à la haine de tout ce que représente la Kabylie. Ces personnes ne se sentent pas africaines ni méditerranéennes. Si elle pouvait déplacer l’Algérie vers l’orient, elle le ferait avec bonheur...
Ceci dit se pose alors la question de savoir pourquoi, puisque nous savons tout cela et tout ce dont sous entende-il, nous n’avançons pas vers l’indépendance au rythme exigé par la liberté et nos connaissances actuelles ?
Et pour comprendre nos revendications politiques, de brosser en quelques mots le pourquoi des rapports conflictuels qui se sont institués entre la Kabylie et le pays qui refusait durant des années de dire son véritable rôle au Pays kabyle qui est, rappelons-le, l’un des rares pays au monde à être encore sous colonisation...
Pendant des années deux visions politiques s’opposaient au sein du mouvement de lutte pour les droits politiques des Kabyles : les berbéristes élitistes, c’est-à-dire les algérianistes pour qui le changement s’opérera de haut. De l’autre, l’esprit kabyle pour qui la liberté et l’indépendance de la Kabylie sont les seuls garants de l’avenir du peuple kabyle. Fort heureusement l’esprit kabyle a fini par convaincre le peuple kabyle. Cela n’est point une surprise lorsqu'on connaît un peu l’indissoluble attachement du peuple kabyle à l’indépendance et à la liberté.
La remise en question (du discours nationaliste algérien) a tardé à s’opérer, ce n’est pas seulement à cause de la violence des services de répression du colonisateur, mais aussi à cause d’attitudes ambiguës plus implicites que réfléchies qui perpétuent le raisonnement adopté au lendemain du départ de la France : « nous sommes indépendants ». Oui nous l’étions de la France, mais nous refusions de croire que nous venions de changer simplement de colonisateur. Il est aisé de comprendre que pour nous, il nous était difficile de croire que les « frères » avec qui nous avions combattu et sommes morts, feront tout leur possible pour détruire notre identité. C’est dur de croire a des choses comme celles-ci surtout au lendemain d’une guerre...
Loin de son village, l’existence devenait pour le kabyle un monde d’interdits, de sanctions, emprisonnement et de disparition soudaine. Nous pouvons voir que depuis 1962 rien n’a été épargné au peuple kabyle...
Nous voyons comment sont corrompus nos artistes sans profondeur intellectuelle pour servir de faire-valoir et d’éléments décoratifs afin de légitimer le discours nationaliste algérien et le perpétuer en Kabylie... Depuis 1962 l’intelligentsia kabyle est demeurée apathique, vautrée dans ses chimères de toujours : « l’inexistante unité nationale, les espoirs de démocratisation des Algériens et grande tamazgha pour superbe tamazight ». Pendant ce temps là : les algériens refusent de devenir « nous » c’est-à-dire berbères, ce qui est compréhensible et logique puisqu’ils se sentent arabes. Nous refusons d’être « eux », c’est-à-dire, nous refusons de nous arabiser. Les Algériens nommés au début du texte, ne tolèrent pas non plus que nous soyons « nous-même », à savoir kabyle et refusent une séparation à l’amiable. Ils veulent que nous ne soyons plus...

Nous imaginons mal un leader politique ou un intellectuel kabyle, y compris les Berbères algérianistes les plus obstinés, appeler franchement à l’instauration d’une Algérie exclusivement berbérisante – celle-ci est de fait impossible à construire -, en excluant la composante arabe ou bien inciter au massacre des arabo-islamo-baathistes sous prétexte d’intelligence et accointance avec l’Orient. C’est tout simplement inconcevable, inimaginable et tout le peuple Kabyle se lèverait pour dénoncer les propos. En revanche l’inverse est constant, permanent. Pourquoi cette différence ?
La Kabylie dans sa lutte contre l’arabo-islamisme algérien exclusiviste a toujours été en quête de compromis pour l’égalité de tous. Ses combats politiques sont traqués par la cohabitation et le vivre ensemble. Jamais dans la négation de l’autre, ses luttes sont politiquement, intellectuellement et culturellement orientés vers la coexistence pacifiste et le vivre ensemble harmonieux.
Les élites pensantes Kabyles font preuve d’une incapacité dramatique d’assumer ne serait-ce que timidement leur kabylité. Il faut dire que les soixante ans de concessions mortifères et d’égarements dans les labyrinthes sans issue du berbérisme ont jusque-là endigué toute émergence d’une conscience nationale kabyle parmi l’élite pensante, du moins jusqu’en 2001. Depuis cette date plus personne ne peut prétendre ignorer les dessins d’Alger. Les Kabyles assassinés lors du printemps noir ont totalement libéré la conscience kabyliste et entièrement dévoilé les arrières pensées d’un régime raciste..."
A méditer par les kabyles algérianistes et berbéristes inconscients et aliénés à l'Algérie "terre arabe".Et aux élites kabyles qui tournent honteusement le dos au peuple kabyle.

Ajouter un commentaire