Aller au contenu principal
Body

HOMMAGE

Un autre Juste vient de nous quitter

 Ali Slimani qui vient de nous quitter, à ce battant, ce volontaire discret, qui fuyait les feux de la rampe ; mais ô combien efficace militant de la démocratie.

Les derniers mauvais jours d’un homme âgé ne sont pas ses souffrances physiques dues à des maladies ou à l’usure du temps, mais celles d’assister impuissant à la disparition des êtres chers, de ceux de sa génération avec lesquels il avait affronté et à des moments difficiles les aléas de la guerre d’Algérie.

Ou plus tard de l’après indépendance, quand il fallait aussi relever ce défi de continuer cette autre lutte, qui, cette fois serait pacifique, celle de développer le pays, avec des moyens dérisoires, voire inexistants. 

Ces témoins et acteurs de cette prestigieuse période algérienne.

Ali Slimani fut de ceux-là, jeune et à l’exemple de son défunt père, il avait milité aux côtés de ces valeureux moudjahidines dans sa région de Hadjout, et goûté aux affres des geôles colonialistes.

 Â l’indépendance, il avait eu cette chance de côtoyer et de  collaborer avec de vieux  militants nationalistes formés à cette école du PPA-MTLD, à l’image et pour ne citer que lui, feu Saïd Amrani.

Intègre, honnête, et surtout humain, il s’était dévoué corps et âme au service de son pays et de son prochain en qualité de performant gestionnaire dans le secteur industriel du bois en particulier.

Militant infatigable de la démocratie, il avait été membre fondateur de plusieurs associations et organisations politico-économiques, ou de résistance à l’image du CNSA 

Ali Slimane vient de tirer sa révérence pour aller rejoindre ses compagnons de luttes, tels, Mohamed Benmansour, Ahcéne Benyounés, Rachid Hamouténe de l’UNEP dont il fut aussi président.

Tous ces autres cadres, intellectuels, compagnons et martyrs du devoir, ceux du CNSA en particulier dont il avait été membre fondateur avec ces valeureux militants du RCD, du PAGS de Hachemi Cherif, et de Boualem Benhamouda de l’UGTA etc.

Membre actif du CNES,  complice et ami de cet autre héros que fut aussi feu son président Mohamed Salah Mentouri 

Ainsi que toutes ces autres figures historiques que sont : Redha Malek, Mustapha Lacheraf, Mohand Saïd Mazouzi, Rabah Bouaziz dit Si Saïd, Omar Boudaoud, Khaled Aït Mouheb etc, avec qui il avait fondé ce parti plein de promesses, qui se voulait rassembleur de tous les citoyens républicains épris de justice, que fut  leur ANR.

Pour avoir refusé d’appeler es-qualités à un quatrième mandat il fut victime de représailles de ces thuriféraires d’alors.

Ne les oublions pas, que la gloire, l’honneur et l’éternité soient à jamais leurs.

 

Auteur
Mohammed Aouli