Aller au contenu principal
Body

FOOT

Un match amical Algérie-France en perspective, annonce la FAF

"Il y aura très certainement dans un futur, on va dire proche, un France-Algérie", a déclaré le président de la Fédération algérienne, Kheïreddine Zetchi, après la victoire des "Fennecs" contre la Colombie (3-0), mardi à Lille.

Un match amical entre la France et l'Algérie, c'est pour bientôt. "Ce sera très certainement dans un futur, on va dire proche", a ainsi déclaré le président de la Fédération algérienne, Kheïreddine Zetchi. "Nous avons très bien discuté avec le président (de la Fédération française) Noël Le Graët. On va continuer à le faire pour convenir d'un prochain match dans l'année ou l'année et demi qui suivra", a-t-il complété, en marge du premier match de la sélection algérienne organisé sur le sol français depuis 2008.

"Ce match se passera en Algérie", a encore précisé mardi le sélectionneur algérien Djamel Belmadi. "Jouer contre les meilleurs, le champion du monde, cela doit être quelque chose que tout le monde a envie de voir. Je sais qu'en Algérie, tout se passera bien. J'espère qu'on aura, d'ici là, la livraison de certains (nouveaux) stades". Les deux présidents de fédérations se sont rencontrés lundi à Paris pour parler notamment du projet de match amical entre les deux sélections à l'automne 2020 en Algérie, mais "aucune décision n'a été prise", avaient-ils annoncé lundi.

"Il est temps de faire ce match", avait déclaré Le Graët

Ils ont prévu d'évoquer "cette perspective" à l'occasion d'une visite de Noël Le Graët en Algérie "au cours du premier trimestre 2020", avaient-ils encore indiqué dans un communiqué commun. Hautement symbolique en raison de l'histoire commune aux deux pays, la seule rencontre France-Algérie a eu lieu en octobre 2001. Le match avait été interrompu après l'envahissement du terrain par des supporters algériens alors que le score était de 4-1 pour la France.

Il est temps de faire ce match" en Algérie, avait déclaré en septembre M. Le Graët, fervent partisan d'une telle rencontre entre les deux nations, tout en évoquant "des affaires de sécurité" et une nécessaire concertation avec l'Élysée sur ce sujet.

Auteur
AFP
 

Ajouter un commentaire