Aller au contenu principal
Body

LECTURE

"Un si proche ennemi" de Gilles Gauthier

Le monde dit arabe est loin d’être une planète étrangère pour Gilles Gauthier. Ce dernier  est conseiller spécial du président de l’IMA (Institut du Monde arabe) et a été pendant longtemps diplomate en Egypte, à Bahreïn, au Yémen et en Algérie.

Avant de représenter la France dans les diverses missions diplomatiques, il a été enseignant au début de sa carrière à Biskra, dans le nord-est de l’Algérie. Il a également traduit L’immeuble Yacoubian et Le syndrome de la dictature du grand écrivain égyptien Alaa El-Aswani et est l’auteur d’une autobiographie Entre deux rives, 50 ans de passion pour le monde arabe publiée chez JC Lattès en 2018. Ce préambule pour indiquer que Gilles Gauthier s’est toujours senti chez lui dans les pays qui se trouvent au sud de la Méditerranée et que cet environnement lui a toujours été familier.

Le livre qui nous occupe aujourd’hui, Un si proche ennemi, est son premier roman. Basé sur des évènements réels qui se sont déroulés lors des fêtes de Noël de l’année 1994, c’est un livre qui fait revivre pour nous le détournement de l’Airbus A300 d’Air France qui reliait Alger à Paris et la prise d’otages dramatique de quelques deux-cents passagers.

C’est aussi et surtout une histoire d’amour entre deux hommes, Marc Fauvier, professeur-coopérant au lycée de Biskra, et Nourredine Saïdani, un de ses élèves, plein de verve et de brio. Lors du déroulement de ce fait tragique, le premier travaillera au ministère des Affaires étrangères et sera le narrateur de l’histoire, et le second le chef du commando terroriste.

Chapitre après chapitre, avec le « direct » raconté par Marc Fauvier, et le flash-back des beaux jours vécus en commun avec celui qui a versé dans la terreur islamiste, c’est un voyage entre le passé sublimé et le présent difficile à gérer que nous sommes conviés à suivre. Et c’est à un réveil des sentiments passés que nous assistons, à la résurgence des dialogues vifs et bouillonnants entre le professeur et son élève, comme cet échange très explicite : 

« Je me mets à lui parler de la Renaissance, du Siècle des lumières et de l’esprit critique qui a diminué l’emprise de la religion et libéré les hommes. Alors il s’échauffe : 

̶  Vous voulez dire que pour réussir nous devons devenir des mécréants comme vous ?

Puis il me demande pardon pour ces mots qui traduisent pourtant son désarroi.

Moi, je continue à enfoncer le clou. Je lui dis que c’est cet esprit critique qui, depuis la Renaissance, éclaire de l’intérieur nos sociétés et les empêche de se figer comme l’ont fait les autres civilisations du monde. »

Un si proche ennemi est juste extraordinaire. Gilles Gauthier se dédouble dans ce roman, dans le temps d’abord puisque le retour en arrière nous emmène à Biskra et le présent nous maintient à Paris, ensuite dans la peau d’un enseignant amoureux et d’un fonctionnaire du Quai d’Orsay. Et cette histoire, du moins une partie, a été vécue avec angoisse des deux côtés de la Méditerranée, ce qui fait de ces souvenirs un roman finement écrit, réaliste, émouvant et sublime.

À lire absolument !

Un si proche ennemi de Gilles Gauthier, Editions Riveneuve, 2021

Auteur
Kamel Bencheikh, écrivain