Aller au contenu principal
Body

Match amical face à l'Iran

Un vrai test pour les Verts

L’équipe nationale affronte cet après midi à Graz, en Autriche, la sélection iranienne dans un match amical qui va enfin nous permettre de juger la vraie valeur du onze de Rabah Madjer.

Jusque-là, le sélectionneur national a choisi des adversaires largement à la portée des Fennecs. La Tanzanie, le Rwanda ou la République Centrafrique étaient loin à même de poser des problèmes à notre équipe. C'est dire que les résultats positifs enregistrés lors des matchs amicaux disputés par les troupes à Madjer peuvent être trompeurs. Ce n'est donc que cet après-midi face à une équipe mondialiste que l'on pourra, enfin, porter un jugement plus ou moins juste sur le niveau de cette sélection «new look », version Madjer.

Le sélectionneur national qui ne rate aucune occasion pour rappeler que, jusqu'à l'heure, son équipe est invaincue, sait lui aussi que cette confrontation face à l'Iran sera d'une toute autre nature. Et pour cause ! A la poubelle donc le 3-4-3 expérimenté, sans éclats, face aux modestes Tanzaniens. Cet après-midi, Madjer revient aux fondamentaux avec le 4-4-2 si cher à Christian Gourcuff. Même si les Iraniens de Carlos Quieroz ne sont pas portés sur des schémas privilégiant l'attaque, l’entraîneur national ne pouvait se permettre de jouer avec une défense plate à trois.

Sur la pelouse de Gras, l'Algérie jouera avec une défense classique, soit deux centraux (Chafai et Mandi), et deux latéraux (Ferhat et Bensebaini). Juste devant ce quatuor, on retrouvera Madjani dans un poste qu'il adore, soit comme sentinelle, alors que Boukhenchouch, - pourtant transparent face à la Tanzanie- sera reconduit comme milieu récupérateur. Dans l'animation et la construction du jeu, Madjer va confier la tâche au duo Mahrez et Hanni. C'est par eux que passeront toutes les offensives des Verts.

Si dans le dispositif actuel de Madjer, Hanni doit jouer derrière les deux attaquants (Bounedjah et Soudani), Mahrez lui, sera l’électron libre de cette équipe. Car en l'absence de Brahimi (blessé), Madjer a préféré confier les clefs du camion à la star de Leicester.

En jetant un coup d’œil sur le onze de cet après midi, il s’avère que l’entraîneur national a reconduit la même équipe alignée vendredi dernier excepté la titularisation de Chafai qui remplace numériquement Bentaleb (blessé lui aussi). L'absence du joueur de Schalke 04  aurait dû, logiquement, profiter à Saphir Taider, mais vu que les Iraniens jouent avec une défense avancée et un pressing haut, Madjer a décidé de densifier son milieu avec deux récupérateurs. Un choix qui met hors jeu, pour la seconde fois de suite, le sociétaire de l'Impact de Montréal qui a d'ailleurs signifié son mécontentement au staff de l'EN. Rabah Madjer s'est, d'ailleurs, longuement entretenu avec le joueur pour lui expliquer les raisons de sa non-titularisation. L'a-t-il convaincu ? Pas si sûr !

 

Auteur
Rédaction sportive