Aller au contenu principal
Body

COMMENTAIRE

Une vaccination en janvier dites-vous ?

Depuis deux mois qu'on nous rebat les oreilles sur un début de la campagne de vaccination en janvier. Mais rien à l'horizon jusqu'à présent. Encore une promesse d'une imminente arrivée de vaccins chinois... Pourtant on est à la mi-janvier.

Comment peut-on se permettre de parler d'un début de vaccination en janvier quand on sait qu'il n'y a pour l'heure aucun vaccin, ni chinois, ni russe encore moins européen dans les hôpitaux algériens ? Incroyable enfumage ! 

Tout le monde sait qu'une campagne de vaccination, à plus forte raison celle contre le Covid-19, se prépare sur tous les plans bien en amont de ses débuts concrets.

Qu'importe pour les gouvernants : on promet, on sature l'espace médiatique de déclarations puis on verra...

Contre tout bon sens, Ammar Belhimer, porte-parole du gouvernement, vient d'ajouter une couche déjà assez épaisse des suites des promesses de Tebboune et celles des autorités de la santé. 

Combien de doses seront disponibles ? Qui sont les publics qui seront prioritaires ? La vaccination serait-elle gratuite ? Aucune précision pour l'heure 

Vaccin russe ou chinois ?

Ammar Belhimer a annoncé mercredi la réception par l’Algérie d’un lot de vaccins anti covid-19 en provenance de la Chine "avant fin janvier courant". Quid du vaccin russe Spoutnik V ? Déjà qu'on ne voit pas le bout des vaccins russes, voilà qu'on découvre les vaccins chinois...

Même le ministère de la Santé, de la Population et de Réforme hospitalière y et du sien. Il a soutenu lundi que l’arrivée du vaccin anti-Covid-19 est programmée pour ce mois de janvier et s'engage à "informer les citoyens dès sa réception". On attend d'être informé...

Comme souvent un flot de déclarations pour peu d'annonces concrètes. Le porte-parole du gouvernement vient de redire sans plus de précision ce qu'a affirmé le chef de l'Etat. A l’issue de la réunion du Gouvernement, M. Belhimer a précisé qu'"en plus du vaccin russe, il est attendu que l’Algérie reçoive un autre lot de vaccin anti-Covid-19  en provenance de le République populaire de Chine avant fin janvier 2021".

Donc si on comprend bien les autorités ont fait le choix des vaccins russes et chinois. Les Algériens sont pour l'heure dans l'ignorance totale de l'efficacité de ces deux vaccins. 

M. Belhimer avait annoncé, rappelle-t-on, la signature d'un contrat de gré à gré avec un laboratoire russe pour l'acquisition du vaccin anti-Covid-19, en application de la décision du président Tebboune de lancer l'opération de vaccination dès janvier 2021.

Cependant, pendant que le chef de l'Etat se fait soigner en Allemagne, la population algérienne subit en silence les affres du manque de médicaments. 

Auteur
Yacine K.