Aller au contenu principal
Body

OPINION

Une vraie question : comment obliger les généraux à céder le pouvoir ?

Depuis que l'armée des frontières a pris le pouvoir par la force des armes le 9 septembre 1962, aucun chef de l'Etat algérien n'a été élu.

Durant 58 ans, l'armée a dirigé le pays en se cachant derrière un chef de l'état qu'elle a désigné. Malgré de nombreuses résistances du peuple, la sécurité militaire a réussi à berner, durant de longues années, une partie de l'opinion sur la réalité du régime. Mais depuis plus d'une année, avec l'avènement du Hirak, cette belle Révolution de la dignité et de la liberté, le peuple algérien a tout compris.

Le peuple algérien, dans son écrasante majorité, réclame désormais un Etat civil, un état démocratique, loin de la suprématie des militaires. Maintenant le peuple sait que tous ses problèmes seront résolus par la réponse apportée à cette question : comment obliger pacifiquement les généraux à négocier leur départ définitif du pouvoir ? 

Les marches pacifiques du peuple dérangent beaucoup les généraux, obsédés par le regard international. Mais d'autres méthodes pacifiques et radicales de lutte doivent venir accompagner les marches. Les militants de la liberté et de la dignité peuvent apprendre à faire des grèves générales pacifiques, nationales, ciblées et répétitives ; ils peuvent aussi envisager et préparer une désobéissance civile pacifique.

Malgré la crise sanitaire, le Hirak reprendra; il s'agit de la vie du peuple, de ses aspirations à la liberté et à la dignité. Malgré la manipulation, la tricherie, les emprisonnements, la répression, les méfaits des esclaves de la junte militaire, toujours les mêmes depuis de longues années, le peuple algérien est sur le chemin de sa libération.

Personne, rien, ne pourra l'empêcher de se libérer de ses chaînes ; c’est juste une question de temps…

Auteur
Youcef Zirem, écrivain