Aller au contenu principal
Body

Impérieuse culture du terroir

Zerrouki Allaoua, le rossignol de la Soummam

Dans les années 1960, il y avait le petit Joselito, le rossignol des montagnes andalouses, en Espagne ; Abdelhalim Hafez, surnommé El-âandalib el-asmar, le rossignol brun, en Egypte ; Yma Sumac, le rossignol des Andes, pour le Pérou ; et bien d’autres encore…

Et, côté kabyle, nous avions Zerrouki Allaoua, baptisé le rossignol par Pathé Marconi, sa maison de disques. Il faut dire que la voix et les interprétations de Zerrouki Alloua ont cette puissance émotionnelle à nulle autre pareil.

Il est intéressant de revenir sur les grandes étapes de la vie de ce rossignol du terroir, né sur les hauteurs de Seddouk, dans le village d’Amalou, en 1915. Y faisant office d’imam, son père avait refusé de l’inscrire à l’école des indigènes. Le jeune Allaoua s’est donc mis à apprendre le coran et jouer de la flûte avec les enfants de son âge.

Il fait ses débuts dans la chanson à travers le répertoire andalou, à Bejaïa, avant d’embarquer pour la France, à la fin des années 1940, où il entame la carrière qu’on lui connait. Une carrière stoppée net en 1968, des suites de séquelles liées à un accident de voiture. Ironie du sort, lors de cet accident, il était accompagné de Dahmane El-Harrachi. Bien que s’en sortant indemne, Dahmane sera victime d’un deuxième accident sur la route Aïn-Benian-Alger, en 1980. Accident qui lui sera malheureusement fatal.

Les compositions de notre rossignol ont pour barycentre les affres de l’exil, la séparation avec les siens et l’éloignement de sa bienaimée, restée au bled (des règles générales en somme plutôt que des exceptions au sein de l’émigration de l’époque).

Parmi ses nombreux succès, citons « a-tassekourt », « yemma zehriw yemout », « ya rebb leḥnin », « el-babor bou laḥwaci », sans oublier l’excellent « yugi ad-yuɣal », avec la participation de Bahia Farah, que nous vous traduisons ci-après. Dès les premières notes, on y décèle toute la souffrance de l’éloignement sur fond d’illusions de l’exil.

« Yugi ad-yuɣal », il ne veut pas rentrer

Il ne veut pas rentrer il ne veut pas

Il ne veut pas rentrer

Il a laissé mon cœur blessé

Je ne peux plus supporter.

 

Il ne veut pas rentrer il ne veut pas

Il ne veut pas rentrer

Je l’espère depuis sept ans

Il me dit attend patiemment.

 

Si je pouvais tout te raconter ma jolie

Si je pouvais tout te raconter

Ma chance m’a quitté

Mes jours sont contrariés.

 

J’ai vagabondé dans tous les pays

Je n’ai laissé aucune contrée

Mon corps est épuisé

Il en est éreinté.

 

Inchallah dans pas longtemps

Je serai de retour à la maison.

Rep.

 

Quand j’étais jeune

Avec mes cheveux frisés

J’ai suivi madame Lili

Au bal pour aller danser.

 

Matin et soir au bar

Portefeuille garni

Elle me disait je suis à toi

Tu es mon chéri.

 

Maintenant que j’ai vieilli

Et que je suis fauché

Elle est partie elle m’a laissé

Elle m’a dit retourne chez toi

Espèce de cabri.

Auteur
Kacem Madani